Radio Primitive

L'Égrégore durée : 57:21

Émission du 05/04/2021

Le code civil de 1804 considère les femmes comme légalement mineures et dépendantes de leur mari. Elles ne peuvent même pas travailler sans son autorisation. Elles n’ont pas le droit de vote et ne sont pas considérées comme des citoyennes. Les femmes travaillent tout aussi dur pour un salaire inférieur à celui des hommes, et doivent souvent compter sur le revenu de leur conjoint pour survivre.

Depuis le début de la révolution les femmes, qui souffrent de conditions très dures, sont à l’avant-garde de l’insurrection. Elles étaient les premières, le 18 mars, à entourer les soldats de Versailles et à les pousser à fraterniser avec le peuple parisien. Le 3 avril, à la nouvelle de l’attaque des versaillais et des exécutions sommaires de prisonniers, elles sont plusieurs milliers à manifester pour réclamer une marche sur Versailles, et revendiquent d’être en tête du cortège.

De nombreux clubs politiques se sont crées depuis le siège, où les femmes prennent la parole librement. Des femmes forment même des clubs exclusivement féminins, comme le club de la Boule Noire, présidé par Sophie Poirier et Beatrix Excoffon. Le club se réunit régulièrement et discute de problèmes de la vie quotidienne, comme la prostitution, l’organisation du travail, ou l’éducation.

Laure Godineau, historienne & maître de conférences à l’Université Paris XIII

Extraits de podestats de 2011 de raspou.team2021

classé dans :